Mon parcours,
mon métier

Udaf 76 Logement intergénérationnel

Émilie Noël,

Intervenante sociale ASLL

"Quand on aborde les problématiques de logement, d’autres points sont à travailler par ricochet comme le budget, la vie familiale, l’emploi...".

Quel est votre parcours ?

« Au lycée, je savais que je m’orienterai vers un métier basé sur le relationnel. Je souhaitais venir en aide aux personnes qui en avaient besoin. C’est dans cet élan que j’ai dans un premier temps souhaité travailler dans les forces de l’ordre. J’ai aussi été réserviste pour l’armée. Après 2 années de droit, j’ai pris conscience que cette voie ne correspondait pas à mes attentes. Une année à la faculté de psychologie m’a permis de prendre le temps de réfléchir à mon avenir professionnel et de faire des recherches sur ce qui me correspondait vraiment.
J’ai eu la chance de rencontrer des travailleurs sociaux qui aidaient mes grands-parents et j’ai pu échanger avec eux sur leurs missions. Le métier d’assistante sociale est apparu pour moi comme une évidence. J’ai donc passé mon concours et effectué mes trois années de formation. Le 5 juillet 2017, j’ai obtenu mon diplôme et le même jour je signai mon premier contrat avec l’Udaf 76. J’ai connu l’association par le biais d’une amie qui y travaillait. La diversité des métiers et des services m’a tout de suite plus. J’ai signé mon CDI en 2018. »

En quoi consiste votre métier ?

« Je suis intervenante sociale au sein du service logement de l’Udaf. Nous sommes interpellés par le département ou Action logement lorsqu’un ménage rencontre des problèmes de paiement de loyer et qu’une procédure d’expulsion va être ou est déjà demandée. La mesure d’accompagnement social lié au logement (ASLL) qui nous est confiée est administrative ce qui veut dire que les personnes peuvent librement en demander l’arrêt. Elle est décidée pour une durée de 6 mois maximum renouvelée 2 fois. 

J’accompagne les familles dans l’élaboration d’un projet locatif et budgétaire stable. Dans certains cas, la stabilisation de la situation financière leur permet de rester dans le logement. Quand ce n’est pas possible, je travaille avec les bailleurs afin d’essayer de trouver un autre logement adapté.
La réussite de l’accompagnement dépend souvent de la qualité de la collaboration et des échanges avec les personnes.

Ce métier est intéressant car chaque situation est unique. Quand on aborde les problématiques de logement d’autres points sont à travailler par ricochet comme le budget, la vie familiale, l’emploi…
Chacun d’entre nous peut un jour avoir un problème de parcours. Le fait que des accompagnements comme ceux-ci existent permet aux personnes de ne pas se sentir seules face aux difficultés. »

Quelle est la principale qualité que requière votre métier ?

« Savoir donner le temps au temps.
L’accompagnement rencontre plusieurs temporalités. Celle des personnes que l’on accompagne, celle de l’Udaf et celle du département. Il faut parfois savoir se poser et accepter de ne pas pouvoir suivre toutes ces temporalités. C’est un équilibre à trouver à chaque instant. »